Logo province de Namur

La province de Namur, au coeur de votre quotidien

,

08.03.23

Totorro & Friends – Et si l’amour, c’était aimer ?

 

Dans le cadre des rencontres « Singuliers pluriels », le Delta accueille le projet insolite du groupe français Totorro & Friends, « Et si l’amour, c’était aimer ? » : adaptation, sous forme d’un ciné-BD concert, du livre éponyme de Fabcaro, paru en 2018, et par ailleurs auteur culte du livre Zaï Zaï Zaï.

Et si l’amour © Morgan Triqueneaux


Deux des membres du groupe post-rock rennais Totorro, accompagnés du prolifique batteur-compositeur Pierre Marolleau, nous immergent dans l’univers graphique de Fabcaro et de ses drôles de personnages, au travers d’un ciné BD-concert singulier, toujours en mouvement et détonant.

Dans son roman-graphique Et si l’amour, c’était aimer ?, Fabcaro pastiche, dans un style toujours désopilant et inimitable, la tradition du roman-photo. Il y narre, sur un ton décalé, les vicissitudes du couple hétéro dont l’amour se trouve mis à mal lorsque Sandrine tombe amoureuse de Michel, livreur de plats à domicile pour Speed Macédoine et chanteur de rock à ses heures perdues.

L’adaptation qu’en propose Totorro voit se succéder des morceaux empruntant à des genres musicaux variés et bigarrés (rock instrumental évidemment, mais également rap, pop, variété kitsch, etc.) qui nous plongent dans des atmosphères changeantes à mesure que l’intrigue amoureuse se déroule devant nos yeux, à travers les planches animées de Fabcaro. Le résultat est tour à tour joyeux, hypnotique, dansant,… hilarant !

Pour voir ce contenu, vous devez mettre à jour les paramètres de vos cookies et accepter les "Cookies marketing (optionnels)".

« Ce nouveau spectacle, écrivent les membres du groupe, s’oriente […] autour de la composition musicale et de la façon de dynamiser le rythme grâce aux images ; en essayant de proposer une expérience de lecture différente où le regard est orienté par le montage ainsi que le style musical associé à l’action. Nous voulons accompagner la dérision des situations sans jamais ré-interpréter les propos de l’auteur. S’inspirer de nos imaginaires collectifs et des stéréotypes, et accompagner l’œuvre de musique donneront une dimension comique nouvelle. » (Christophe Le Flohic, Jonathan Siche et Pierre Marolleau)

© Lise Gaudaire

Avec

Jonathan Siche (guitares, machines)
Christophe Le Flohic (guitares, machines)
Pierre Marolleau (batterie)

Avec son cycle Les Singuliers pluriels, le Delta souhaite donner une place à des artistes de tous horizons qui ont choisi d’enrichir leur discipline (musique, danse, vidéo, littérature, etc.) en la faisant dialoguer avec d’autres médiums, ou dont le projet ou l’art est à ce point inédit qu’il en devient presque inclassable.
Se dégagent de ces expérimentations des formes singulières, hybrides, que nous invitons le public à découvrir tout au long de la saison à l’occasion de sept mercredis soirs. Une rencontre avec les artistes est prévue avant ou au terme de la représentation, afin d’en apprendre plus sur leur processus créatif.

Les rencontres Singuliers pluriels :

16 novembre 22 – Brûler danser – Lisette Lombée & Cloé du Trèfle
14 décembre 22 – Chimères (Pour Ondes Martenot) – Christine Ott
25 janvier 23 – APHEXions – Dorian Dumont
8 février 23 – ARCO – Lorenzo Di Maio
8 mars 23 – Et si l’amour c’était aimer ? – Totorro & Friends
22 mars 23 – Nicolas Fiszman Project
5 avril 23 – Loop Affect – Louise Baduel

Réserver

Salle

Grande Salle

Horaire

20h30

Tarif

16€

Durée

1h30

Public

Adultes, Étudiant.es

À voir également

 

Particularité(s)